….Vers le développement de pratiques durables (Partie 1): la fabrication locale..On my way to sustainability (Part 1): locally made….

Photo Julia Marois x Les Marois.

Photo Julia Marois x Les Marois.

….
J’ai commencé à faire des bijoux à l’âge où on fait des colliers de nouilles, et je n’ai jamais vraiment arrêté. J'ai amorcé la série qui allait devenir Louve il y a plusieurs années, alors que je vivais encore chez mes parents. Je travaillais dans un petit atelier aménagé dans le sous-sol de la maison et je recevais mes clientes dans le salon. J’installais mon présentoir à bijoux sur une grande table basse et je vendais mes plus petites pièces à 18 $ :) Je n'aurais jamais imaginé que le design et la confection de bijoux deviendrait un jour mon occupation à temps plein!

Produire localement s’est toujours présenté comme une évidence pour moi, à mes débuts parce que j'étais responsable de chaque étape de fabrication et que chacune de mes pièces était fabriquée de mes propres mains. Je m’approvisionnais dans le petit atelier d’ébénisterie résidentiel de ma famille, et le bois provenait bien souvent du terrain même où était installé l’atelier. Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai réellement pris conscience de toutes les implications de la fabrication locale, et de son importance.

À mesure que mon activité a commencé à se développer et que mon réseau de vente au détail s’est mis à s’agrandir, je suis arrivée à un point où mes deux mains ne suffisaient plus pour répondre aux besoins de fabrication. C’est à ce moment que s’est amorcé un long processus, à la recherche de la meilleure option à qui déléguer une partie de la fabrication des mes pièces de bois.

Ma vision était claire. Si j’étais pour créer et vendre mes propres bijoux, je le ferais de manière sensée, et en accord avec ma démarche initiale. Je recherchais quelqu’un.e qui fabriquerait mes pièces avec le même cœur et le même soin que si je les avais faites moi-même. La route a été longue avant de trouver la bonne personne, mais mon choix s’est arrêté sur un artisan ébéniste de grand talent, basé à St-Jérôme (QC). J’ai découvert les contraintes et les dilemmes que peuvent comporter la fabrication locale, mais j’y ai surtout constaté les bénéfices et en quoi réside sa véritable valeur; le privilège de pouvoir rencontrer la personne qui travaille sur mes pièces et de pouvoir échanger de vive voix, le plaisir de visiter régulièrement son atelier et de savoir comment chaque étape est réalisée, et dans quelles conditions le travail est effectué, l’importance de réduire la distance entre le lieu de fabrication et le lieu de vente.

Même à petite échelle, la fabrication locale ça signifie réduire son impact environnemental et contribuer à la croissance locale.

Aujourd’hui, je réalise toujours tous mes prototypes et pièces uniques dans l’atelier de ma famille à Entrelacs (QC). La plupart des pièces de bois de mes collections régulières sont maintenant produites en petites quantités par cet artisan ébéniste appliqué et généreux qui travaille depuis son atelier à St-Jérôme (QC). Mes pièces sont ensuite finies et assemblées une par une, la plupart d'entre elles de mes propres mains, dans mon atelier résidentiel, du quartier Villeray, à Montréal (QC). De cette façon, je travaille toujours personnellement sur chacun des bijoux que je crée.

À mesure que ma gamme de produits s’agrandit, je cherche toujours plus à m'approvisionner le plus localement possible, de la matière première à l’emballage, pour tenter autant que possible de contribuer à ce cercle où nous sommes tou.te.s gagnant.e.s.

..

I have been making jewelry pretty much since I was a teen. I started focusing on the specific series that would became Louve several years ago, while still living at my parents house. I would work from the basement, set up my little jewelry display in the living room and sell my smaller pieces for 18$. Yep :) At that time I would never had imagined it would some day become my full time occupation.

Producing locally has always been an obviousness to me, at the basics mostly because I was responsible for every part of the process and was crafting every single piece I made from my own hands, sourcing most of my wood materials from my family workshop. It is only a few years later that I started really understanding what it means to produce locally, and why it matters.

As my activity started expanding and my retail network started growing, I came at a point where my own two hands were not enough to reach the needs. So I entered the long process of searching for the right person to delegate part of the fabrication process.

I decided if I were to make and sell my own handmade jewelry I needed to make sure it would be produced in a way that felt sensible, and with the same heart and care as I would have done it myself. It has been a long road before finding the good fit, but I finally found and it has been a very positive and rewarding experience. Not only did it saved me from the excessive amount of work I wasn’t able to accomplish alone anymore, but it also made me see concretely what locally made means and its true value. The value of being able to meet the artisan that work on my pieces, to see his workshop and to know how it’s made, to reduce the distance between where it’s made and where it’s sold.

Even at my small scale producing locally does mean reducing environmental impact and contributing to local growth.

I still make all my prototypes and unique pieces in my family’s workshop in Entrelacs (QC). Most of my regular collections wood pieces are now produced in small quantities by an amazingly talented artisan woodworker based in St-Jérôme (QC). The pieces are then finished and assembled, one by one, most of them by my own hands, in my home studio in Montreal. This way I still personally work on every single piece of jewelry I create. 

As my line continues growing, I seek even more to source as locally as possible, from jewelry materials to packaging. Trying as much as possible to contribute to that circle where we are all winning. 

….